Chargement de la page en cours... 


maladies

  Propreté et aération d'abord


 Les maladies des pigeons

Propreté et aération d'abord !


 
Dans un pigeonnier bien ventilé, nettoyé et désinfecté régulièrement, où le grain est toujours sec et propre et les abreuvoirs nettoyés à fond le plus souvent possible, les pigeons sont rarement malades.
Les maladies n'ont guère de prise sur un pigeon bien nourri, reposé et en forme, car il résiste mieux et se vaccine par la même occasion.
Quand vous nettoyez, ouvrez les fenêtres, laissez entrer l'air et le soleil, vous préserverez vos poumons et les leurs.
Quand un pigeon est malade, il devient triste, vole peu et maigrit rapidement. Il est parfois utile de donner des médicaments. Mais il est rarement nécessaire de traiter l'ensemble de la colonie. 
L'équilibre qui existe entre les globules blancs, la flore bactérienne utile et les microbes dangereux est fragile. Quand on attaque les uns, on favorise parfois la prolifération des autres. Pour entreprendre un traitement total, il faudrait commencer par éliminer dans l'ordre, les vers, les microbes, les virus, les champignons, les trichomonas, les coccidies et reconstituer une flore intestinale saine. Ce n'est pas la solution idéale !
Il est toujours préférable de consulter un vétérinaire, en lui présentant le pigeon malade et ses fientes. Il vous fournira un diagnostic précis et le traitement adéquat.
Si le médicament administré est le bon, l'état de santé s'améliore en deux à trois jours, sinon, changez de médicament. 
Pour avoir une certitude complète, il faut isoler le coupable (bactérie, microbe, champignons...), l'identifier, le mettre en culture et le soumettre à un antibiogramme (essai de médicaments) qui indiquera le produit le plus efficace. Cette étude est généralement menée en laboratoire.
Pensez toujours à préserver ou reconstituer la flore intestinale et à fortifier le pigeon malade (vitamines...). N'oubliez pas que les médicaments ont souvent des effets secondaires et des contre-indications ; il faut les connaître.
Si vous voulez manger un pigeon (guéri), qui a absorbé des médicaments, respectez le délai d'attente.
  La vaccination contre la maladie de Newcastle est obligatoire annuellement. 

Si vous désirez plus de détails utilisez le cadre de gauche ... 
ou consultez le tableau des maladies.

 

Les maladies des pigeons

Cliquez dans la colonne centrale ... 
et n'oubliez pas l'existence du vétérinaire !


SymptômesMaladieTraitement
nez qui coule, bec ouvert
sinus enflammés (gonflement au-dessus des yeux)
coryzagouttes dans le nez
pustules (poquettes) = petites boules varioleantibiotiques (adjuvant)
respiration rapide et sifflante,
membranes blanchâtres dans le bec et le pharynx
diphtériedégager le bec, nettoyer et antibiotiques
diarrhée, abcès caséeux dans le bec, le pharynx, l'œsophage... Difficultés à avaler.trichomonoseantibiotiques
(dimetridazole, ronidazole...)
diarrhée blanc/vert/sang parfoiscoccidiosesulfamides
enduit blanchâtre dans le bec et la gorgemuguet (champignons)bicarbonate de soude
diarrhée liquide (eau),
le pigeon boit beaucoup, mal d'aile
paratyphose (salmonellose)antibiotiques, consulter absolument un vétérinaire
diarrhée liquide,
amaigrissement
colibacilloseantibiotiques
diarrhée liquide, amaigrissement, toux,
le pigeon boit beaucoup...
adénovirosevinaigre de cidre
consulter absolument un vétérinaire
perte de plumes localisée, hors muegale (acariens), teigneantiparasites
amaigrissement, diarrhée crayeuse et muqueuse
parfois, le pigeon jette la tête de tous les côtés
vers
vers plats (cestodes)
vermifuge
paralysie du cou, rétraction de la tête sur le côté, perte d'équilibre, diarrhée liquideMaladie de Newcastlevaccination préventive
consulter absolument un vétérinaire
plumage hérissé, difficultés respiratoires, amaigrissementaspergillose
ou
tuberculose
consulter absolument un vétérinaire
plumage hérissé, difficultés respiratoires, amaigrissement et perte d'équilibreornithose
ou
psittacose
dangereux
consulter absolument un vétérinaire
carences alimentaires
abcès, empoisonnement...
autres maladiesconsulter absolument un vétérinaire
plumes abîmées, flore intestinale ...flore intestinale
et
plumes abîmées

Parasites externes (poux, acariens...)ParasitesInsecticides et acaricides

 

Si vous désirez apporter des précisions, n'hésitez pas !

Si vous êtes arrivés sur cette page sans passer par la page de départ qui définit les frames (cadres), vous n'avez pas le plan du site sur la gauche. Dans ce cas, cliquez  ICI.

Maladies des éleveurs

Nettoyage et aération obligatoire ... 


 
Il s'agit d'une affection pulmonaire provoquée par une exposition répétée de l'organisme à des substances étrangères (dites antigènes). Ces substances sont contenues dans les déjections des oiseaux, mais aussi dans le sérum, l'œuf et les plumes.
Parfois maladie professionnelle observée chez les éleveurs de pigeons ou les volaillers en milieu agricole, il s'agit le plus souvent d'une affection du milieu urbain touchant les personnes qui élèvent des oiseaux pour leur agrément.

Les premiers cas avaient été décrits chez les éleveurs de pigeons et de perruches en 1965, mais bien d'autres oiseaux peuvent être responsables de la maladie : tourterelles, canards, faisans, dindes et poulets, de sorte que la maladie peut être une maladie professionnelle dans toutes les régions agricoles et aussi chez les éleveurs de pigeons ou les volaillers.
Le nombre d'oiseaux est très variable, mais un  seul suffit pour provoquer la maladie. Des études sur des associations colombophiles montrent que 6 à 21% des éleveurs exposés peuvent développer la maladie.
Quand ?
C'est au moment où l'on nettoie la cage ou le pigeonnier, en atmosphère confinée, que les poussières d'excrétas d'oiseaux ou de plumes sont inhalées par l'individu et pénètrent dans l'arbre respiratoire. 
C'est en général 6 à 8 heures après cette inhalation que les symptômes se produisent. Mais le patient ne fait pas le rapport entre la maladie et son passe-temps favori ou son activité professionnelle.
Les manifestations
La maladie se manifeste essentiellement sous 2 formes : aiguë ou chronique :
  • la forme aiguë ou récente
    se traduit par un ensemble de symptômes d'allure grippale avec de la toux sèche, un essoufflement, de la fièvre et beaucoup plus rarement des maux de tête, des frissons, des douleurs musculaires.
  • la forme subaiguë ou chronique
    s'observe lorsque le contact est permanent. Il existe une toux souvent tenace, une fièvre légère, un essoufflement croissant, un amaigrissement parfois important et une fatigue inhabituelle.
Les éléments de diagnostic
Le diagnostic est soupçonné lorsqu'une personne en contact avec des oiseaux souffre de l'un ou de plusieurs des symptômes évoqués plus haut.
Après un examen soigneux, le médecin est amené à demander un certain nombre d'examens complémentaires pour affirmer le diagnostic. Ces examens vont comporter une radiographie thoracique, qui peut montrer des images caractéristiques, un examen sanguin destiné à retrouver des marqueurs spécifiques vis à vis de l'antigène en cause, la mesure du souffle pour évaluer le degré d'essoufflement ou dépister des troubles débutants.
Des examens plus approfondis sont parfois nécessaires pour confirmer le diagnostic et éliminer une affection d'une autre cause, en particulier une maladie microbienne contagieuse (Chlamydia, Psittacci).
Quel traitement ?
Le seul traitement vraiment efficace est l'éviction des oiseaux, qui peut être difficile pour des raisons psychologiques ou parfois professionnelles.
Dans les formes récentes de maladie d'éleveurs d'oiseaux, l'éviction est parfois suffisante pour guérir. Lorsque les symptômes sont importants ou la maladie évoluée, un traitement médicamenteux complémentaire est parfois nécessaire.

Tiré d'un article destiné aux colombophiles du Docteur M. Bourahla, 
pneumologue-allergologue à Cambrai.

   
 

Si vous désirez apporter des précisions, n'hésitez pas !

Si vous êtes arrivés sur cette page sans passer par la page de départ qui définit les frames (cadres), vous n'avez pas le plan du site sur la gauche. Dans ce cas, cliquez  ICI.

INFOS
par BOUKILI
Le sens de l'orientation

Des théories ....


Le retour instinctif au pigeonnier  
  Le pigeon voyageur a la faculté de repérer sa position par rapport à son pigeonnier malgré des distances importantes. S'il est lâché à 1000 km de son pigeonnier, il trouve quand même le chemin du retour. Avec un vent favorable, il peut franchir les 1000 km sans se poser. 
Les colombophiles profitent de cette qualité pour organiser des concours de pigeons voyageurs. 
Si les conditions atmosphériques sont favorables, un pigeon voyageur lâché le matin à Perpignan, dans le Sud de la France, peut être rentré le soir, à Lille, dans le Nord.
Le pigeon ne suit pas la direction Nord indiquée par la boussole. Il peut voyager dans n'importe quelle direction. Si son pigeonnier est à Paris, on peut le lâcher de Brest, de Strasbourg, de Marseille ou de Bordeaux. Il réintégrera quand même son pigeonnier.

Comment s'oriente le pigeon ?  
  Le soleil lui sert de point de repère.
Par temps couvert ou brumeux, il se repère plus difficilement, de même lors des perturbations solaires.
Le nord magnétique : il compare certainement sa position avec celle de son pigeonnier. Lors de perturbations magnétiques importantes, même par beau temps, les pertes sont nettement plus sévères.
Des expériences semblent montrer que si le pigeon est isolé de tout champ magnétique dans une cage de Faraday (pigeonnier en fer), les pertes sont plus nombreuses (concours ou jeunes qui sortent pour la première fois) que dans un pigeonnier en bois.
Des chercheurs américains (deux biologistes de l'Université de New York, un biologiste et un géologue de Princeton) affirment avoir découvert dans les fibres nerveuses de la base du cerveau des pigeons de minuscules granulés allongés semblables à des micro-aimants. L'analyse chimique de ces granulés indique la présence de fer, de nickel, de cuivre, de zinc et de plomb. La complexité de la structure de ces granulés suggère une efficacité supérieure aux magnétomètres. Les étoiles et la lune peut-être ? Certains pigeons rentrent parfois alors que la nuit est tombée, mais rarement, et deux heures maximum après le coucher du soleil. Les points de repère : avec un peu d'entraînement, et à force de voyager, le pigeon repère des points caractéristiques.
Dans l'armée, on se servait de cette faculté pour établir des colombiers mobiles (roulottes). Bien sûr, il faut que la roulotte soit bien caractérisée (forme, couleur et éléments complémentaires) et il faut  habituer les pigeons par des déplacements progressifs Les odeurs : Elles font partie de l'environnement et il est certain que les pigeons les distinguent.
Si vous désirez plus de détails sur les recherches en cours, consultez ce site :
Orientation des oiseaux
 
Conclusion  
  Il est probable que tous ces éléments se conjuguent. Il est difficile de les mettre en évidence, car un pigeon n'est pas l'autre. Il nous arrive même de perdre des pigeons expérimentés sans en connaître la raison. 
A l'opposé, il m'est arrivé d'envoyer des pigeons qui n'avaient jamais voyagé directement à 300 km, et ils sont rentrés au pigeonnier.
 
Concours  
  Ne pas lâcher sous la pluie.
Il est bon de connaître la météo sur toute la ligne de vol : si on lâche par beau temps, mais que les pigeons rencontrent des orages 100 km plus loin, ils seront désorientés et risquent d'être trempés par la pluie au point de s'abattre n'importe où.
Par contre, par petites pluies et éclaircies, les pigeons ne sont pas gênés.
Ne pas lâcher dans le brouillard.
Mais les brumes au sol n'ont jamais empêché les pigeons de voler, les brouillards passagers non plus.
Quand on annonce de fortes perturbations magnétiques et solaires (éruptions solaires), il vaudrait  mieux ne pas faire de concours. Malheureusement, ces anomalies surviennent souvent par beau temps.