Chargement de la page en cours... 


la colombophile

La Colombophilie Déjà plusieurs fois


La Colombophilie

Déjà plusieurs fois séculaires, l'organisation de courses de pigeons voyageurs a connu de nombreuses évolutions, aussi bien pour les pigeons que pour leurs maitres...

A l'origine... C'est en 1849 que fut créée en France, à Roubaix, la première association colombophile. Elle s'appelait le "Cercle Union". Le transport des pigeons se faisait alors à dos d'homme ou en voiture à bras.

L'essor du transport ferroviaire permit le développement des concours et, par voie de conséquence, celui des associations. Jusqu'aux années 1880, le classement se faisait avec une planche à clous. Dès son arrivée, on plaçait le pigeon dans une mallette en toile et on l'apportait au local où avait eu lieu l'enlogement.

Le premier porteur arrivé accrochait sa mallette au clou n° 1, le second au n° 2, etc. C'était le classement du concours.

 
A gauche, ci-contre, Monsieur Marie fait une démonstration de ce que pouvait être le transport des pigeons au 19ème siècle.
Le déroulement des concoursAu local de l'association organisatrice du concours, on passe une bague numérotée en caoutchouc à la patte du pigeon.

Pour le transport, les pigeons sont placés dans des paniers confortables qui sont acheminés jusqu'au lieu de lâcher, par route ou voie ferrée. Le jour du lâcher, le convoyeur (la personne qui accompagne et soigne les pigeons) étudie le temps qu'il fait sur la ligne de vol. Si celui-ci est favorable, il libère les pigeons. Sinon, il attend que les conditions atmosphériques s'améliorent.

Lorsque la décision est prise, tous les paniers sont alors ouverts et les pigeons s'élancent. Après quelques tours dans le ciel pour s'orienter, ils prennent la direction de leur pigeonnier.

Ci-dessous, le convoyeur est la personne chargée de soigner les pigeons (nourriture, eau de boisson...) mais il étudie également la météo avec les responsables afin de prendre ou non la décision de lacher les pigeons.
La bagueuse permet la pose de la bague caoutchouc autour de la patte du pigeon.
Le classement Dès l'arrivée d'un pigeon, le colombophile s'empresse de retirer la bague de caoutchouc (le dossard) et l'introduit dans le constateur (appareil d'horlogerie imprimant sur une bande de papier, l'heure, la minute et la seconde à laquelle cette manoeuvre a été faite).

Après la rentrée des pigeons, le colombophile apporte son constateur à l'association, les heures d'arrivée et les numéros de dossards sont alors inscrits sur les feuilles récapitulatives. Elles serviront à établir le classement.

Avec le temps de vol et la distance parcourue, le classement peut être établi en fonction des vitesses réalisées par chaque pigeon.

Les opérations de dépouillement des constateurs s'effectuent au siège de l'association.

Un constateur permet d'enregistrer l'heure d'arrivée exacte du pigeon.
EN BREF... En France :
- 22000 colombophiles sont regroupés dans 900 associations.
- 700 000 jeunes pigeons sont bagués chaque année.
- 500 000 pigeons voyageurs traversent la France en tous sens chaque week-end.
- Les concours se déroulent à des vitesses de 50 à 120 km/h selon la direction et la force du vent.